• Le chauffage de la maison et la production d’eau chaude peuvent se faire en partie par l’intermédiaire d’un plancher solaire basse température qu’il est préférable évidemment de mettre en place lors des travaux de construction ou de rénovation.

    Le principe en est simple : des capteurs solaires chauffent un liquide qui passe dans des tubulures intégrées dans la dalle qui, de par son inertie thermique, stocke la chaleur et la restitue par rayonnement, petit à petit.

    Confortable, sain et économique !

    >>>Sommaire maison écolo<<<

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    votre commentaire
  • Fils de la nymphe Liriope et du fleuve Céphise, Narcisse était un adolescent d’une grande beauté. Nombreux étaient celles et ceux qui s’éprenaient de lui, mais à tous il opposait une dédaigneuse indifférence. La nymphe Echo, privée par la déesse Héra de l’usage spontané de la parole (elle ne pouvait que répéter en écho les mots qu’elle entendait), aimait Narcisse sans oser l’approcher. Le rencontrant un jour chassant en forêt, elle voulut se jeter dans ses bras, mais il la repoussa avec rudesse.

    Inconsolable, la nymphe se consuma de chagrin jusqu’à perdre toute réalité corporelle et ne fut plus qu’un écho. Ameinias, autre soupirant de Narcisse, lui aussi éconduit, se donna la mort de désespoir. La déesse Artémis punit l’insensible Narcisse en le vouant à son tour aux tourments d’un amour impossible. Alors qu’il s’apprêtait à se désaltérer à une source limpide, Il vit dans l’eau le reflet de son visage et s’éprit de lui-même. Envoûté par cet amour qui n’était qu’illusion, il ne put s’arracher à la contemplation de son visage et mourut de langueur sur place. De lui ne subsista qu’une fleur dans l’herbe, le narcisse.

    Objet des railleries d’Apollon, Eros, dieu de l’amour, lui décocha une flèche vengeresse qui rendit le dieu éperdument amoureux de la belle Daphné, nymphe chasseresse, fille du fleuve Pénée. Comme elle l’avait fait avec tous les précédents, Daphné repoussa le soupirant, pourtant d’essence divine. En effet, à l’instar d’Artémis, déesse qu’elle révérait, elle avait décidé de toujours rester vierge.

    Loin de décourager le jeune dieu, ce refus ne fit qu’embrasser son désir. Pour échapper aux ardeurs d’Apollon, la vierge entama une fuite éperdue à travers halliers et taillis. IL se lança à sa poursuite, la course fut longue, mais comment l’emporter sur un dieu ? Elle était à bout de force, il gagnait du terrain, il allait la rattraper…Alors, ultime recours, la vierge implora son père, le fleuve Pénée, le suppliant de la sauver des convoitises du dieu. Elle fut exaucée : son père la métamorphosa en laurier, et, lorsque le dieu la saisit enfin, ce fut un arbre qu’il étreignit ! Il n’avait pu conquérir Daphné mais, en hommage à la nymphe aimée, il adopta le laurier et cet arbre fut dès lors consacré à Apollon.

    >>>Sommaire de l'humain au végétal<<<

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    1 commentaire
  • Solution : Qui se cache dans le titre?

    C'est le Renard! Le roman de renart

    >>>En Savoir plus<<<   

    >>>Sommaire jeu<<<

    <script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    votre commentaire
  • Nombreux sont les livres qui parlent d’animaux. Beaucoup d’entre eux les mentionnent dans leur titre. Saurez-vous trouver ce titre ? Et vous souvenir de l’auteur ?

    A vous de jouer !

    Le livre : « C’etait un peu avant Noël, à l’époque où l’on sale les jambons. Le ciel était clair et étoilé.

    L’étang où Isengrin devait pêcher était si gelé qu’on aurait pu y danser la farandole… »

    Un héros qui, sur les conseils d’un compère, s’avise de pêcher avec sa queue, se trouve pris au piège, jure de se venger, mais se retrouve toujours victime.

    L’auteur : parodie des romans de chevalerie, satire de la société et de la politique du temps, les vingt sept récits ou « branches » de ce roman dérivé de fables datent de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe et sont dus à des clercs demeurés anonymes.

    >>>Solution<<<

    >>>sommaire jeu>>>

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>


    votre commentaire

  • Carré de 36.40 m de côté, la halle de beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne), prévue dès la fondation de la bastide, recouvre la place centrale. C’est là que se tient depuis sept siècles le marché du samedi matin où l’ail blanc, produit local, est la vedette incontestable. Elle est couverte d’une impressionnante charpente soutenue par 38 poteaux de bois sur socles de pierre de niveaux différents pour compenser la pente. Son toit a perdu le magnifique donjon (éffondré en 1647) mais on peut admirer son jumeau à Grenade, à 30 km.


    La ville de Périgueux (dordogne) est réputée depuis le Moyen Âge pour ses marchés au gras : oies et canards, foies gras, truffes. Le marché se tient dans la vieille ville, au cœur du secteur sauvegardé et a lieu tous les mercredis et samedis matin de mi-novembre à mi-mars.
    Office de tourisme de Périgueux : 05 53 53 10 63.

    A Gimont (gers), le dimanche matin à 10 h, de novembre à fin mars, a lieu la Grasse Matinée où l’on vend carcasses et foies gras frais. Ce marché est réservé aux particuliers. Chaque dimanche, vous pouvez aller sur le stand de syndicat d’initiative qui répondra à vos interrogations. Par ailleurs, vous y trouverez à la vente des livrets de recettes originales à base de foie gras, canards, magrets…
    Renseignement : 05 62 67 77 87.

    votre commentaire